« Marchez doucement car vous marcher sur mes rêves. » William Butler Yeats

» Catégorie : au fil de mon inspiration


Infime

Commentaires » 0

Elle s’imagine

 

dans les pantomimes

 

quelques jolies rimes,

 

cela est bien légitime.

 

 

Une question de rythme

 

trouver le mélodie infime

 

Qui fera chanter la cime

 

des vers, parfois, intimes

 

qu’elle travaille à la lime.

 

 

Dans son univers magnanime

 

laissez lui cette part infime

 

de rêves sublimes ….

S’émerveiller

Commentaires » 0

S’entrouvrir à la vie qui renaît dans le bourgeon qui éclot

poussé silencieusement, offrande de l’hiver au printemps…

 

S’épanouir à la vie qui grandit dans le coquelicot

défroissée lentement, offrande du printemps à l’été…

 

Se nourrir de la vie qui murît dans un épi de blé

gonflé patiemment, offrande de l’été à l’automne…

 

Se pelotonner dans la vie qui crépite dans la braise

gardée précieusement, offrande de l’automne à l’hiver…

 

S’ouvrir à la vie qui perle en de perle de rosée

Posée délicatement, offrande de la nuit au jour…

 

S’émerveiller de la vie qui revient dans chaque matin

insufflée tendrement , magie de la vie à la vie …

 

28/02/2008

 

 

 

Si tu devais partir….

Commentaires » 0

Si tu devais partir dans quelques heures…

Faire ce voyage sans détour, sans retour

J’espère, jusqu’au départ, te tenir la main

Et par nos doigts serrés, entrelacés ….

Se dire tout notre amour ….

 

Si tu partais dans un instant, à cet instant…

Rejoindre le firmament de ton univers

L’incompréhension perlerait aux bords des yeux

Et dans nos regards embrumés qui se tiennent…

Se dire tout notre amour…

 

Tout doucement tu pars…

Pour une destination en aller-simple

Ta main lentement lâche son étreinte

Ton regard doucement se voile et s’envoile

Ne plus se dire tout notre amour….

 

Lentement tu t’en vas, tu t’envoles

Faire naître une nouvelle étoile

Tu deviens un point infiniment petit

Et déjà tu résonnes dans mon cœur…

T’ai-je dit tout mon amour ?

 

Sans bruit tu m’as quitté

Sans heurt, tu ressurgis dans la vie que tu m’as offerte,

Dans cette vie que tu as protégée, enouatinée d’attention

En infimes parcelles de bonheur que j’avais oubliées

T’ai-je dit simplement merci ?

 

les aubes naissantes

Commentaires » 1

Les aubes naissantes auront-elles des teintes sinistres ?

Parce que …..

Des Crésus enfilent des oripeaux « enmazoutés »
Afin d’engraisser leur veau d’or de richesses fossiles….
Des gros bonnets se dorent de feuilles bitumeuses.
Sous une pluie d’or carbonique tombée du trou d’ozone.

De nouveaux ventrus s’empiffrent de feuillets asphaltés
Afin de remplir leur escarcelle de fortune pétrolifère…..
Des Nababs gouvernent des contrées huileuses
Dans l’unique but de gonfler leurs bourses de Louis d’or noir.

Des ploutocrates nagent dans l’opulence goudronneuse
Afin d’exister par leur valeur marchande en baril poisseux….
Des armateurs plein au as offrent à la mer Amoco-Cadiz, Erika…
Afin de déverser leur fortune flottante dans la mère poubelle.

Les aubes à venir auront-elles de nouveau ces teintes flamboyantes
Parce que …

De nouveaux riches inventent des stratagèmes équitables
Sous une pluie de micros-crédits accessibles à tous….
Des chevaliers distribuent les excédents alimentaires
Pour que chacun puisse dignement manger à sa faim.

Des ingénieurs verdoyants se creusent des puits de bio-carburant
Afin de donner une nouvelle mélodie au chant paysan….
Des quidam en toute simplicité oeuvrent dans l’aide humanitaire
Afin de permettre à chacun de trouver une main tendue et enfin vivre debout.

Des anonymes vivent en harmonie avec la terre nourricière
Afin que toute cette tradition rurale ne file en poussière…..
Des utopistes anarchistes, des alter-mondialistes , des écologistes….
Se battent pour offrir la terre accueillante aux générations futuristes…..

Zentitude 28/05/2008

derrière les mots…..

Commentaires » 0

 

 

 

Comprendre les messages des silences

 

S’effacer en douceur…

Devenir un mirage d’oasis

Laisser l’autre jouer sa symphonie

Tout en harmonie avec sa vie…..

 

 

Garder en soi, ces parcelles

D’un moment unique de délicaresse…

L’enrubanner, dans l’écrin des secrets

En chrysalide d’amour impossible….

 

Les laisser , parfois , perler dans le quotidien

En infimes gouttelettes de souvenir….

 


12345...9